A Propos

 

'Le caractère sacré de la musique profane, antipode du divertissement. C'est considérer la musique comme un rite. Au sens où il est acte de transmission comme peut l'être le rite initiatique dans la société archaïque. Le temps du concert est le temps du rite. '

 

La continuité de la tradition exige le renouvellement.

Echos de plaines et cimes. Creuset étrange.  L'ancien son comme molécule permanente du nouvel élan. Paysages d'instincts. Rupestre. Les pieds enracinés dans l'humus et l'esprit s'élève. Profond-vivifiant tonnerre. Epuré-tellurique. L'homme qui fait l'ombre pour guider le troupeau. Dans la musique médiévale des troubadours et Trouvères : la subtilité ; dans les âges plus profonds : l'archaïsme régénérateur, comme un ressac. Le réveil éveille en nous l'homme sauvage qui dort. La continuité de la tradition exige le renouvellement, encore.

 

Avec

 

Yan Arexis : Percussions de peaux, gongs, instruments autoconstruits, lithophone, voix et électronique

Patrick Lafforgue : voix, Vielle électroacoustique, Guiterne, instruments à anches